SALON DU MAGHREB - DES HOMMES AUTOUR DU PROPHETE SWS
SALON DU MAGHREB

Se connecter pour vérifier ses messages privés






Merci de Votez pour ce site


 Coucou Invité 
Bienvenue sur le forum 
 
 


DES HOMMES AUTOUR DU PROPHETE SWS

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    SALON DU MAGHREB Index du Forum -> Le Salon de Recueillement -> L'Islam/Art /Culture

Sujet précédent :: Sujet suivant  
Khayroune
MOD


Hors ligne

Messages: 199
Localisation: belgique
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Pays: Belgique
Point(s): 2 010
Moyenne de points: 10,10
 MessagePosté le: Ven 30 Avr - 20:34 (2010)    Sujet du message: DES HOMMES AUTOUR DU PROPHETE SWS Répondre en citant

Introduction
"Voici des hommes qui ont connu de près le Messager (ç). Certains l'ont accompagnée dès le début de sa mission, d'autres en cours de chemin. Mais tous sont venus, au moment qui leur fut prédestiné, à  une époque où de grands bouleversements allaient être opérés.  
Ces hommes sont arrivés au bon moment, pour assister et participer à  la diffusion de la mission dont le Messager (ç) a eu la charge. Evidemment, ce livre ne peut parler de tous ces hommes, qui sont des milliers. Toutefois, ceux choisis et qui sont une soixantaine sont représentatifs, estimons nous.  
Dans leurs portraits, on verra les portraits de tous ceux qui ont accompagné le Messager (ç). On verra leur foi inébranlable, leur détermination, leur héroïsme, ainsi que leur allégeance à  Dieu et son Messager (ç). On verra aussi leurs sacrifices, les difficultés qu'ils ont supportées, ainsi que le triomphe qu'ils ont mérité. On verra enfin le grand rôle qu'ils ont assumé pour libérer l'humanité des affres du polythéisme.  
Le lecteur ne trouvera pas, parmi ces 60 compagnons, les khalifes du Messager (ç): Abou Bakr, Omar, Othman et Ali. Car, un livre est consacré pour chacun d'entre eux." 
 
Publicité





 MessagePosté le: Ven 30 Avr - 20:34 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
 
Khayroune
MOD


Hors ligne

Messages: 199
Localisation: belgique
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Pays: Belgique
Point(s): 2 010
Moyenne de points: 10,10
 MessagePosté le: Ven 30 Avr - 20:35 (2010)    Sujet du message: DES HOMMES AUTOUR DU PROPHETE SWS Répondre en citant

Muçâb ibn Omayr
"Voilà un compagnon du Prophète (ç) parmi tant d'autres compagnons. Il était le plus beau des jeunes de la Mecque, le plus splendide. Les historiens le décrivaient ainsi: «Il était le plus parfumé des Mecquois.»
 
Il naquit dans une famille riche. Ses parents l'élevèrent dans le bien-être. Il ne manquait de rien. Par rapport aux adolescents de sa génération, Muçâb b. Omayr était peut-être le plus choyé de la Mecque. Cet adolescent cajolé, au visage poupin, qui était toujours au centre des conversations des belles de la cité, celui-là pouvait-il devenir une figure légendaire de la foi et du sacrifice?
 
Mon Dieu! Quelle magnifique nouvelle! celle de Muçâb b. Omayr ou Muçâb al-Khayr. Ainsi était son surnom parmi les musulmans. Il était l'un de ceux que l'Islam a façonnés, que Muhammad (ç) a éduqué. Mais, qui était ce jeune? L'histoire de sa vie honore certainement tout le genre humain. Tout commença, quand, comme tous les Mecquois, il entendit un jour les propos de Muhammad (ç). Ce Muhammad qui disait qu'il était envoyé par Dieu en tant qu'annonciateur de bonne nouvelle et donneur d'alarme. L'Envoyé (ç) appelait en effet à l'adoration de Dieu l'Unique, sans aucun associé.
 
La Mecque n'avait alors comme débat et centre d'intérêt que l'Envoyé (ç) et sa religion, et Muçâb était celui qui écoutait le plus ce que les Quraychites disaient dans leurs réunions. C'est que ces derniers tenaient à ce qu'il participât à leurs réunions. L'élégance et la modération de l'esprit qui le caractérisaient lui ouvraient les portes et les coeurs. Evidemment, une fois, il entendit entre autres que l'Envoyé (ç) et d'autres se rencontraient là-bas, à Çafa, dans la maison d'al-Arqam b. Abou al-Arqam , pour éviter la curiosité, ainsi que les malfaisances, des Quraychites.  
Il n'hésita pas et il n'attendit pas longtemps pour aller un certain soir à la maison d'al-Arqam. Il brûlait d'envie de voir et d'entendre. Là, l'Envoyé (ç) récitait les versets du Coran à ses compagnons, faisait avec eux des prières adressées à Dieu. Muçâb prit alors place, et dès que l'Envoyé (ç) fit entendre les versets pour les présents, le coeur du nouvel arrivant sentit que cela lui était destiné. Il était tellement heureux qu'il eut l'impression d'avoir des ailes prêtes à être déployées.
 
Mais l'Envoyé (ç) déposa sa main droite sur la poitrine agitée, sur le coeur palpitant, et voilà que se répandit en elle une profonde quiétude. En un instant, l'adolescent fraîchement converti paraissait avoir une sagesse qui dépassait son âge, une détermination à transformer le monde.
 
* * *
 
La mère de Muçâb, Khunas bent Mâlik, avait une personnalité très forte et son entourage la craignait bien, y compris son fils, qui était désormais musulman. Si ce n'était la crainte de sa mère, Muçâb ne prendrait aucune précaution, ne se tiendrait pas sur ses gardes. Si tous les notables de la Mecque déclaraient leur détermination de le combattre, il n'attacherait aucune importance à leur menace. Mais, l'inimité de sa mère, il ne pouvait la supporter. Quelle terreur il éprouvait à l'idée de voir la colère de sa mère.
 
Alors, il réfléchit vite et décida de taire sa conversion, jusqu'à ce que Dieu décrétât un ordre. Il continua donc à fréquenter la maison d'al-Arqam, où il écoutait l'Envoyé (ç). Ainsi, il était réjoui de sa foi, du moment qu'il évitait la colère de sa mère. Mais, en ces jours précisément, rien ne pouvait rester caché dans la cité. Les yeux de Quraych étaient partout, sur tous les chemins, derrière toute trace de pas sur les sables doux ou brûlants... Une fois donc, Othman b. Talha le vit entrer secrètement dans la maison d'al-Arqam, et une autre fois il le vit faire la prière de l'Envoyé (ç).  
Le Quraychite ne se fit pas prier: il partit plus vite que le vent du désert informer la mère de Muçâb. Celui-ci se mit alors debout devant sa mère, son clan, les notables de la Mecque... Après quoi, il leur récita avec certitude et résolution des versets du Coran. Sa mère leva la main pour le gifler durement mais elle se retint vite.
 
Cependant, elle eut recours à un autre moyen, pour venger l'affront fait aux idoles de Quraych. Elle l'emprisonna dans un coin retiré de la maison et le soumit à une surveillance rapprochée. Muçâb était resté ainsi, jusqu'au jour où il entendit que des croyants allaient s'exiler en Abyssinie: par une ruse, il réussit à s'échapper à ses gardiens et sa mère, pour rejoindre l'Abyssinie en tant que Muhajir. Il s'y établit un temps avec ses compagnons, puis il revint avec eux à la Mecque. Puis, il refit le voyage avec les compagnons, à qui l'Envoyé (ç) avait donné l'ordre de s'exiler.
 
Que Muçâb fût en Abyssinie ou à la Mecque, l'expérience de la foi qu'il s'était acquise vérifia sa supériorité en tout endroit. Il avait façonné sa vie selon le modèle apporté par l'Envoyé (ç). Un jour, à son arrivée à une assemblée de musulmans avec l'Envoyé (ç), ces derniers baissèrent la tête, détournèrent leurs regards ; certains d'entre eux pleurèrent.  
Parce qu'ils le virent vêtu d'un vieux jalbab rapiécé, lui qui n'avait que les beaux vêtements avant de devenir musulman. Alors, l'Envoyé (ç) eut cette bonne parole pour Muçâb: «Muçâb que voici, je l'ai vu alors qu'il n'y avait pas à la Mecque de garçon plus favorisé que lui chez ses père et mère. Puis, il a laissé tout cela, par amour pour Dieu et son Envoyè.»
 
Sa mère lui avait interdit toute subvention, après avoir perdu espoir en son abjuration. Elle lui avait refusé toute nourriture, parce qu'il ne voulait plus adorer les idoles quraychites. La dernière fois que Muçâb avait vu sa mère, c'était lors de son retour d'Abyssinie, quand elle avait essayé de l'emprisonner de nouveau. Il avait alors juré de tuer celui qui aiderait sa mère à l'emprisonner.  
Elle connaissait bien son fils, quand il prenait une décision. Sur ce, tous se séparèrent, les larmes aux yeux. Le moment des adieux avait découvert une réalité singulière. D'une part, une détermination de la mère à rester dans la dénégation, et d'autre part une détermination du fils à rester croyant. Quand, en le chassant de la maison, elle avait dit: «Va à tes affaires! Je ne suis plus une mère pour toi!», lui s'était approché d'elle et lui avait dit: «Ô mère, je te suis un conseiller! J'ai de la tendresse pour toi ; atteste donc qu'il n'y a de dieu que Dieu et que Muhammad est son serviteur, son envoyé.» Elle lui avait répondu, furieuse:
 
«Je jure par les étoiles étincelantes! Je n'adopterai jamais ta religion. Mon opinion serait discréditée et ma raison traitée de faible, (si je le faisais).» Ainsi Muçâb avait-il quitté librement le bien-être dans lequel il vivait, pour se retrouver dans le dénuement. On le vit désormais portant un habit rude. Il mangeait un jour mais ne mangeait pas des jours. 
Son âme rendue gracieuse par une foi sublime, resplendissante par la lumière de Dieu, avait fait de lui un autre homme qui inspirait charme et considération.
 
* * *
 
En ce temps-là, l'Envoyé (ç) le choisit pour une mission très importante; celle d'être son ambassadeur à Médine. Muçâb y enseignerait l'Islam aux Ançar qui avaient prêté allégeance à al-Aqaba, convaincrait d'autres Mêdinois de se convertir, préparerait Médine pour la venue du Prophète (ç). A cette époque-là, il y avait des compagnons plus âgés, plus honorables et plus proches de l'Envoyé (ç), mais celui-ci préféra Muçâb, tout en sachant qu'il lui donnait la plus dangereuse mission du moment: car il lui mit entre les mains le sort de l'Islam à Médine.  
Muçâb assuma alors la mission, grâce à ce que Dieu lui avait octroyé; esprit équilibré, bon caractère. Par son ascétisme, son élévation, sa sincérité, il gagna le coeur des Médinois, qui se convertirent par groupes. Le jour où il était entré à Médine, il n'y avait que les douze musulmans d'al-Aqaba. Quelques mois plus tard, leur nombre grossit. Et, lors du pèlerinage de l'année suivante, c.-à-d. celui qui venait après l'allégeance d'al-Aqaba, les Médinois envoyèrent une délégation les représentant devant l'Envoyé (ç). Cette délégation, emmenée par leur maître Muçâb, était constituée de soixante-dix croyants et croyantes. 
Ainsi Muçâb confirma-t-il le choix de l'Envoyé (ç). Il avait bien compris sa mission, il avait su qu'il était un musulman qui ne faisait que la communication, qui appelait les hommes à la guidance, au chemin de rectitude, à Dieu. A Médine donc, où il était l'hôte de Asad b. Zarara, Muçâb allait avec celui-ci dans les réunions, les maisons, les tribus, pour réciter aux gens ce qu'il avait appris du Livre de Dieu, pour prêcher la Parole de Dieu.
 
Sa tâche n'était évidemment pas sans danger. Un jour, alors qu'il était en train de prêcher à des gens, il fut surpris par Usayd b. Hudhayr, le seigneur des Banou Abdalachhal. Ce dernier tenait fermement une lance, son visage ne cachait pas du tout sa colère contre celui-là qui venait semer le trouble parmi les siens, les appelait à se détourner de leurs dieux, leur parlait d'un dieu seul, inconnu d'eux.  
Dès qu'ils l'eurent vu arriver, les musulmans qui étaient assis avec Muçâb se retirèrent vite, sauf As'ad b. Zarara. Usayd se planta debout, furieux, et dit: «Qu'est-ce qui vous fait venir à notre quartier? vous deux, vous (voulez) rendre nos faibles des stupides? retirez-vous, si vous ne voulez pas sortir de la vie!»
 
Avec un calme majestueux, Muçâb lui dit doucement: «Pourquoi ne prendrais-tu pas place, pour écouter? Si tu es satisfait de notre cause, tu l'accepteras; si tu la répugnes, nous cesserons ce que tu répugnes.» Usayd, qui était un homme raisonnable, remarqua que Muçâb faisait appel au bon sens. Il le conviait à écouter seulement: dans le cas où il serait convaincu, à lui de juger selon sa conviction; et dans le cas où il ne le serait pas, Muçâb se retirait du quartier, pour aller prêcher ailleurs.
 
Les choses étant ainsi, Usayd dit: «Tu traites avec équité.» Puis, il jeta la lance par terre et s'assit pour entendre. Muçâb récita des versets du Coran, exposa la mission de l'Envoyé (ç), si bien que Usayd fit vite de dire: «Que ce propos est beau, qu'il est véridique! Comment fait-il, celui qui veut embrasser cette religion?» Muçâb dit d'abord avec joie: «Dieu est Grandl» Puis, il s'adressa à Usayd: «Il purifie son vêtement et son corps puis atteste que, hormis Dieu, il n'y a pas de dieu.»  
Usayd se retira un moment puis revint, la tête toute mouillée, pour déclarer la formule: Il n'y a de dieu que Dieu; Muhammad est l'envoyé de Dieu. La nouvelle se répandit vite. Saâd b. Muâdh alla trouver Muçâb, il l'écouta, se convainquit, et se convertit. Saâd b. Obada fit de même. Les habitants de Médine se dirent les uns aux autres: «Si Usayd b. Hudhayr, Saâd b. Muâdh et Saâd b. Obada sont devenus musulmans, pourquoi alors sommes-nous en retard? Allons trouver Muçâb et croyons avec lui. Ils disent que le Vrai sort de sa bouche.»
 
* * *
 
Les jours passèrent et l'Envoyé (ç) émigra à Médine, avec ses compagnons. Les Quraychites se réjouissaient de leur haine, continuaient leur chasse inique des adorateurs de Dieu. Puis, il y eut la bataille de Badr, où ils reçurent une défaite qui leur fit perdre leur bon sens. Ils projetèrent de prendre leur revanche. A cet effet, ils prirent plus tard le chemin de Uhud. Les musulmans se préparèrent de leur côté. L'Envoyé (ç) se mit devant les rangs, à la recherche du combattant qui prendrait l'étendard.  
Il appela Muçâb, Celui-ci s'avança et prit l'étendard. La bataille se déclencha vite, si bien que les combats atteignirent leur paroxysme. Les archers désobéirent à l'ordre de l'Envoyé (ç), en quittant leur position sur le mont, après avoir vu la déroute des associants quraychites. Leur désertion de la position fit vite de transformer la victoire musulmane en défaite.  
Les musulmans, qui étaient sur le champ de bataille, furent pris de court par les cavaliers quraychites. Quand les Quraychites virent la débâcle et la panique des musulmans, ils cherchèrent alors l'Envoyé (ç). Muçâb se rendit vite compte du danger. Et, pour détourner leur attention, il leva haut l'étendard et lança un retentissant tekbîr, avant d'avancer et d'aller sillonner sur le champ de bataille. Oui, Muçâb s'en alla tout seul au combat. D'une main, il tenait l'étendard, et de l'autre main, il faisait parler son sabre. Mais l'ennemi était nombreux... Voici la déclaration d'un témoin qui avait assisté à la bataille: 
«Le jour (de la bataille) de Uhud, Muçâb a pris l'étendard. Quand les musulmans ont fui, lui a résisté avec l'étendard. Alors, le cavalier Ibn Qamî'a est venu et lui a coupé la main droite, tandis que Muçâb disait: "Muhammad n'est qu'un envoyé. D'autres envoyés ont passé avant lui." Il a pris de nouveau l'étendard avec la main gauche, mais l'autre s'est penché et la lui a coupée. Muçâb s'est penché encore pour prendre l'étendard avec ses bras, en disant: "Muhammad n'est qu'un envoyé. D'autres envoyés ont passé avant lui." Alors, à la troisième fois, l'autre l'a transpercé avec une flèche. Muçâb tomba, et l'étendard aussi.»  
Il était tombé, après avoir combattu courageusement. Il pensait que s'il tombait, la voie serait libre pour les assassins. C'est pourquoi il se consolait, en disant à chaque fois qu'il recevait un coup de sabre: Muhammad n'est qu'un envoyé. D'autres envoyés ont passé avant lui. Cette parole de Muçâb sera un verset révélé, que les musulmans réciteront, à jamais.  
* * *  
A la fin de la bataille, on retrouva le corps du chahid endormi, face contre terre. Son vertueux sang enduisait la terre. Il était ainsi, peut-être parce qu'il redoutait de voir l'Envoyé (ç) atteint par quelque mal, ou peut-être qu'il était confus, au moment de mourir, de n'avoir pas pu défendre et protéger l'Envoyé (ç). Ô Muçâb, tu es auprès de Dieu, à jamais! Le fait qu'on se rappelle de toi procure à la vie un parfum particulier.  
* * *  
Puis, l'Envoyé (ç) et ses compagnons allèrent sur le champ de bataille, pour faire leurs adieux aux chahids. Devant le corps de Muçâb, des larmes abondantes avaient coulé. Khabbab b. al-Art disait: «Nous sommes sortis en exil avec l'Envoyé de Dieu (ç), sur le chemin de Dieu, en vue de la Face de Dieu. Ainsi notre salaire incombe t- il à Dieu. Parmi nous, il y en a eu qui sont passés, sans avoir mangé de leur salaire dans leur ici-bas. D'entre eux, il y a Muçâb b. Omayr. Il a été tué, lors de la bataille de Uhud.  
Pour l'ensevelir, on n'avait trouvé qu'une namira. Quand nous la mettions sur sa tête, ses pieds se découvraient ; et quand nous la mettions sur ses pieds, sa tête se montrait. L'Envoyé de Dieu (ç) nous a alors dit: "Mettez-la à partir de sa tête, et mettez sur ses pieds (des branches) de la plante d'idhkhir.''»  
En dépit de la douleur profonde due à la perte atroce de son oncle Hamza, en dépit des autres compagnons tombés sur le champ de bataille, dont chacun représentait pour lui un monde de sincérité, de pureté et de lumière, l'Envoyé (ç) s'arrêta devant la dépouille de son premier ambassadeur, pour lui faire ses adieux. Certes, l'Envoyé s'était arrêté devant le corps de Muçâb.  
Puis, les yeux tout de tendresse et de sensibilité pour son compagnon, il avait dit: «Il est parmi les croyants de vrais hommes qui avérèrent les termes de leur pacte avec Dieu.» Puis, il avait jeté un regard peiné sur le linceul, avant de dire: «Je t'ai vu à la Mecque (en un temps où) tu avais sur le corps la robe la plus raffinée, la boucle de cheveux la plus belle. Et te voilà maintenant avec des cheveux ébouriffés, dans une burda!»  
Puis, l'Envoyé (ç) avait dit à haute voix, à l'adresse de tous les chahids: «L'Envoyé de Dieu atteste que vous êtes les témoins auprès de Dieu, au Jour de la rêsurrection.» Puis, il s'était tourné à ses compagnons vivants, pour leur dire: «Ô gens! rendez leur visite ; venez à eux et saluez-les. Par Celui qui détient mon âme dans sa main! si tout musulman les salue jusqu'au Jour de la résurrection, ils lui rendent le salut.»  
* * *  
Salut à toi, ô Muçâb!
Salut à vous, ô vous les chahids!
Salut à vous, ainsi que miséricorde et bénédiction sur vous!"  
 
islammedia 
 
 
Khayroune
MOD


Hors ligne

Messages: 199
Localisation: belgique
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Pays: Belgique
Point(s): 2 010
Moyenne de points: 10,10
 MessagePosté le: Ven 30 Avr - 20:39 (2010)    Sujet du message: DES HOMMES AUTOUR DU PROPHETE SWS Répondre en citant

Voici un autre compagnon que vous connaissiez surement à travers l'Histoire.... Khalid ibn Walid 
 
Khayroune
MOD


Hors ligne

Messages: 199
Localisation: belgique
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Pays: Belgique
Point(s): 2 010
Moyenne de points: 10,10
 MessagePosté le: Ven 30 Avr - 20:39 (2010)    Sujet du message: DES HOMMES AUTOUR DU PROPHETE SWS Répondre en citant

Khalid ibn Walid
Khalid b. al-Walid est ce soldat-là qui avait mis en déroute les musulmans dans la bataille d'Ouhoud puis, plus tard, les ennemis de l'Islam dans ses autres batailles. Mais, selon lui, sa vraie vie commença avant la conquête de la Mecque, précisément quand son coeur s'ouvrit à l'Islam. Ainsi, après avoir mûrement médité et réfléchi sur la vérité de la religon nouvelle, il se dit: «L'homme est vraiment un envoyé (...). Par Dieu, je m'en vais (à Médine) et je déclarerai ma soumission à Dieu!»  
Ecoutons-le raconter son périple de la Mecque à Médine: «J'ai bien aimé trouver un compagnon de route. Puis, j'ai rencontré Othman b. Talha et je lui ai raconté mon projet. Il a vite répondu positivement. Alors, nous sommes sortis à la pointe du jour. Quand nous sommes arrivés à la plaine, nous avons rencontré Amrou b. al-As. Il nous a salués. Nous aussi. Puis, il nous a dit: «Où allez-vous?» Nous l'avons mis au courant de notre destination. Il nous a dit qu'il allait aussi trouver le Prophète (ç), pour déclarer sa soumission à Dieu. 
Nous avons repris ensemble le chemin, si bien que nous sommes arrivés à Médine le 1er Safar de l'an 08. Quand j'ai vu le Messager (ç), je l'ai salué en insistant sur son caractère de prophète. Il m'a rendu le salut avec un visage souriant. Puis, j'ai déclaré ma soumission à Dieu et j'ai attesté l'attestation du Vrai. Le Messager (ç) m'a dit ensuite: «Je savais que tu es doté de sagesse et j'ai espéré qu'elle ne te mènera qu'à du bien.»
J'ai prête allégeance au Messager de Dieu puis j'ai dit: «Demande pardon en ma faveur pour ce j'ai fait contre la cause de Dieu.» Il a dit: «L'Islam éfface ce qui a été avant lui.» J'ai dit: «Ô Messager de Dieu, fais-moi cette demande.» Il a dit: «Dieu! pardonne à Khalid b. al-Walid ce qu'il a fait contre ta cause!»  
Ensuite, Amrou b. al-As et Othman b. Talha se sont avancés, pour déclarer leur soumission à Dieu et prêter allégeance au Messager de Dieu.»  
* * *  
Vous vous rappelez sûrement de la bataille de Mouta, ainsi que des trois émirs tombés en martyr, et du hadith du Prophète (ç): «Zayd b. Haritha a tenu l'étendard et il a combattu, ensuite il est tombé en martyr; puis Jaâfar a pris l'étendard et il a combattu, ensuite il est tombé en martyr; puis Abdallah b. Rawaha a pris l'étendard et il a combattu, ensuite il est tombé en martyr.»  
Eh bien! ce hadith a sa suite qui dit: «Puis, un sabre d'entre les sabres de Dieu a pris l'étendard, puis par lui Dieu a donné l'ouverture.» Qui était donc ce héros qui avait réussi de sauver l'armée musulmane d'une défaite certaine? Eh bien! c'était Khalid b. al-Walid.  
* * *  
Lorsque le dernier émir fut tué, Thabit b. Arqam fit vite de prendre l'étendard, dans le seul but d'éviter la confusion dans les rangs musulmans. Puis, aussitôt, il se dirigea vers Khalid b. al-Walid et lui dit: «Prends l'étendard, Abou Soulyman!» Khalid, qui n'était ni un Mouhajir ni un Ansarite, dit: «Non, je ne prends pas l'étendard. Toi, tu as plus de droit pour le porter... Tu es un Badrite.» Thabit dit aussitôt: «Prends-le! tu sais diriger les combats mieux que moi. Par Dieu, je ne l'ai pris que pour toi!»  
Puis, il s'adressa aux musulmans: «Accecptez-vous le commandement de Khalid?» Ils dirent: «Oui.» Khalid b. al-Walid prit alors l'étendard et s'attela vite à la réorganisation des troupes musulmanes, pour forcer une percée et se retirer du champ de bataille. Car, l'issue de la bataille était en faveur des Byzantins et les pertes importantes dans les rangs musulmans. Il répartit les combattants en groupes, alors que la bataille suivait son cours, définit la tâche de chaque groupe, mena intelligemment les opérations sur le terrain, de telle sorte qu'il réussit à créer une brèche par laquelle l'armée musulmane se retira. 
En un autre temps, quand les polythéistes qouraychites violèrent l'accord d'al-Houdaybiya, le Messager (ç) marcha avec son armée sur la Mecque, où il fit une entrée triomphale: Khalid b. al-Walid était dans cette armée-là en tant que commandant du flanc droit. Plus tard, après la disparition du Prophète (ç) et la désignation de son khalife Abou Bakr, Khalid resta toujours fidèle à sa foi et à son poste, malgré les nombreux troubles provoqués par les rénégats.  
Il est vrai, après la mort du Prophète (ç), que les rénégats firent leur apparition dans les tribus de Ghatafan, Asd, Abs, Tay, Dhabayan, Hawazin, Soulaym, etc. Et il est aussi vrai que le khalife Abou Bakr dirigea en personne des expéditions victorieuses contre ces rénêgats-lâ. Mais, dès qu'Abou Bakr s'apprêta à sortir de nouveau à la tête de l'armée musulmane, contre une nouvelle coalition de rénégats qui s'était constitué, l'imam Ali lui barra le chemin en retenant par les rênes le chameau qu'il montait et lui dit: «Où vas-tu, ô khalife du Messager de Dieu? Eh bien! je vais te dire ce que le Messager de Dieu t'a dit à Badr. Ô Abou Bakr, garde ton sabre dans son fourreau. Ne nous afflige pas par ta perte!»  
Abou Bakr se plia à l'avis unanime des musulmans, en restant à Médine. Mais, avant cela, il répartit l'armée en onze détachements et définit la mission de chaque détachement, après avoir désigné leurs émirs. Khalid était à la tête d'un de ces détachements.  
* * *  
Khalid b. al-Walid s'en alla évidemment avec son armée vers l'objectif défini. Par la suite, il mena ses troupes de bataille en bataille et de victoire en victoire. Dans le pays d'al-Yamama d'abord, Khalid battit à plate couture les Banou Hanifa qui avaient auparavant constitué avec leurs alliès la coalition la plus dangereuse des rénégats. Ensuite, il reçut ordre de se diriger vers les frontières irakiennes. Là, il commença sa mission par l'envoi de missives aux gouverneurs perses des régions irakiennes, les appelant à accepter ses propositions. Mais, comme les réponses furent négatives, et que les Perses se mirent à mobiliser leurs troupes, il ne perdit pas son temps. Il lança ses soldats dans de successives et victorieuses batailles contre al-Oubla, as-Sadir, an-Najaf, al-Hira, al-Anbar, al-Kadhimiya, et il continua ainsi jusqu'aux limites de la Syrie.  
* * *  
L'émergence de l'Islam en tant que force régionale ayant vaincu l'empire perse, en Irak, fit trembler les Byzantins. Ces derniers décidèrent alors de réagir vite. Mais Abou Bakr était beaucoup plus rapide. Il prit l'initiative d'envoyer sur le front byzantin une armée, à la tête de laquelle il désigna Oubayda b. al-Jarrah, Amrou b. al-As, Yazid b. Abou Soufyan et Mouâwiya b. Abou Soufyan. 
Ayant reçu par la suite un rapport alarmant sur la situation du front, Abou Bakr envoya à Khalid l'ordre de regagner l'armée musulmane et de la diriger dans la bataille. Ce dernier fit vite d'obéir. Il laissa la gestion des affaires d'Irak à al-Mouthana b. Haritha et partit à la tête d'une armée. Quand il arriva au camp musulman, il organisa l'armée et coordonna son corps en un temps très court, à la lumière de l'expérience qu'il avait acquise avec les Perses. L'organisation militaire de ces derniers n'était pas très différente de celle des Byzantins.  
Puis, il lança les combattants musulmans sur le champ de bataille. Ils combattirent vaillamment jusqu'à la victoire.  
* * * 
En outre, il est vrai que, durant les hostilités, une missive arriva de la part du nouveau khalife Omar, informant de la mort d'Abou Bakr et du remplacement de Khalid par Abou Oubayda. Mais cela fut tenu secret jusqu'à la fin de la bataille, pour ne pas perturber les combattants. En agissant ainsi, le nouveau khalife Omar b. al-Khattab jugeait que Khalid avait le sabre trop rapide. Bien avant d'accéder au pouvoir, il avait proposé à Abou Bakr de destituer Khalid de son poste d'émir, à la suite de la mort violente de Malik b. Nouwayra. Toutefois, Omar estimait bien Khalid. Pour preuve, le témoignage qu'il laissa à la mort de ce dernier: «Les femmes sont incapables de donner naissance à quelqu'un comme Khalid.»  
* * *  
Sur son lit de mort, Khalid b. Al-walid confia le secret qu'il convoitait tant depuis qu'il avait embrassé l'Islam. Durant sa vie de militant de la cause musulmane, il désira ardemment être tué en combattant sur le chemin de Dieu: «J'ai fait tant de batailles, avait-il dit avant de mourir, et il n'y a pas d'endroit dans mon corps qui n'ait reçu un coup de sabre ou de flèche. Mais me voilà dans ma couche en train de mourir de mort naturelle comme meurt un chameau.»  
En attendant sa mort avec résignation, il dicta son testament. Et qu'est-ce qu'il testa et pour qui? Il testa son cheval et ses armes à Omar b. al-Khattab. C'était tout ce qu'il possédait. Il n'était pas intéressé par les choses de la vie mondaine. Son seul but consistait toujours à remporter la victoire sur les ennemis du Vrai. Grâce à lui, les musulmans avaient mis fin aux mouvements de renégats, battu les Perses en Irak et les Byzantins en Syrie. 
 
Contenu Sponsorisé





 MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:54 (2016)    Sujet du message: DES HOMMES AUTOUR DU PROPHETE SWS

 
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    SALON DU MAGHREB Index du Forum -> L'Islam/Art /Culture
Page 1 sur 1

 
Votez pour ce site Top Maroc

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation


Contact ADC - Ատրիան
Cobalt 2.0 phpBB base template by Jakob Persson.
Copyright © 2002-2004 Jakob Persson


Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com