SALON DU MAGHREB - Les Maladies
SALON DU MAGHREB

Se connecter pour vérifier ses messages privés






Merci de Votez pour ce site


 Coucou Invité 
Bienvenue sur le forum 
 
 


Les Maladies

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    SALON DU MAGHREB Index du Forum -> Le Salon Principal -> Salon Familial -> Santé

Sujet précédent :: Sujet suivant  
ALGEROISE
Admin.

Admin.

Hors ligne

Messages: 1 467
Localisation: Alger
Féminin
Pays: Algérie
Humeur: Cool
Point(s): 14 185
Moyenne de points: 9,67
 MessagePosté le: Jeu 23 Aoû - 19:48 (2007)    Sujet du message: Les Maladies Répondre en citant

 
Arrow L'anémie :


Une anémie est définie par une diminution de l’efficacité des globules rouges (ou hématies) soit parce qu’ils ne sont pas assez nombreux, soit parce que leur qualité est déficiente. 
Soit l’anémie est régénérative, c'est-à-dire que l’organisme est capable de fabriquer les globules rouges manquants, soit elle est arégénérative et l’organisme n’est pas capable de remplacer les globules rouges manquants.


Les globules rouges sont fabriquées par la moelle osseuse. Ce sont des cellules rouges du sang (vues au microscope) ; ce sont elles qui donnent la couleur rouge au sang, qui colorent la peau et les muqueuses.  
Mais la fonction première des globules rouges est le transport de l’oxygène vers les organes.
Cette fonction est assurée par une grosse molécule qui se trouve dans le globule rouge et qui s’appelle l’hémoglobine ; celle-ci est constituée de fer 

 
Quand penser à une anémie ?

 
Quand il y a une anémie, des signes sont présents, tels que la pâleur de la peau et de la conjonctive des yeux, une fatigue, un essoufflement au moindre mouvement, une tachycardie (c'est-à-dire le cœur qui bat trop vite)… Ces signes sont dus à la diminution des globules rouges et à la diminution de la quantité d’oxygène dans le sang.

La numération formule sanguine, l’hématocrite, l’hémoglobine :

Pour faire le diagnostic d’anémie et évaluer son importance, il faut faire d’abord un prélèvement sanguin pour faire une numération formule sanguine ("NFS").
Le diagnostic d’anémie est fait devant la diminution de 1 ou 3 des constantes suivantes : le nombre de globules rouges, la concentration en hémoglobine, l’hématocrite qui est le rapport entre le volume des globules rouges et le sang total (sérum + hématies).

Par la suite, il est possible de demander un dosage du fer sérique.

Les autres examens sont beaucoup plus délicats : dosage de vitamines, myélogramme, recherche d’anticorps anti-globules rouges… 

 
L’anémie est un symptôme

 
L’anémie est un signe d’une maladie et plusieurs maladies peuvent donner une anémie.
Avant tout, les hémorragies peuvent être responsables d’anémie : soit les hémorragies sont extériorisées et donc visibles et diagnostiquées rapidement : traumatisme, accouchement, intervention chirurgicale. Ailleurs, elles peuvent être difficiles à diagnostiquer : un ulcère de l’estomac qui saigne un peu, des règles trop abondantes…

Il faut stopper l’hémorragie. Parfois l’anémie est telle qu’il faut faire une transfusion de un ou plusieurs culots globulaires (c'est-à-dire des globules rouges).

Cette anémie est régénérative, c'est-à-dire que la moelle osseuse va fabriquer de nouveaux globules rouges.

Les anémies hémolytiques sont des anémies où les globules rouges sont détruits trop vite ou parce que la membrane du globule rouge est anormale ou trop fragile, il peut aussi exister des anticorps contre les globules rouges qui les détruisent ou un déficit enzymatique : c’est le cas des thalassémies, des drépanocytoses (deux maladies héréditaires)…

Certaines intoxications par des agents chimiques tels que le benzène, l’alcool peuvent aussi provoquer une anémie. C’est aussi le cas de certaines maladies infectieuses comme le paludisme, des maladies virales, Certains cancers, des maladies de système telles que le lupus érythémateux aigu disséminé, les maladies inflammatoires peuvent entraîner une fragilisation et la destruction des globules rouges.

Les anémies hémolytiques sont aussi des anémies régénératives.

D’autres anémies sont dues à la diminution de la fabrication des globules rouges par la moelle osseuse, elles sont arégénératives :  

 
Certaines carences provoquent des anémies en empêchant la formation des globules rouges : une malnutrition dont l’origine peut être une pathologie digestive qui entraîne une mauvaise absorption des vitamines et minéraux ; l’origine peut aussi être alimentaire avec un apport trop faible de vitamines ou de minéraux par rapport à la consommation : carences en fer pendant la grossesse par exemple, carences en acide folique (vitamine B9), carences en vitamine B12 chez des personnes ayant une gastrite chronique avancée ou une gastrectomie. 
Des médicaments en particulier de chimiothérapie, peuvent diminuer la synthèse des globules rouges.

D’autres pathologies comme des cancers qui envahissent la moelle osseuse (leucémies) donnent des anémies.

Eviter les carences alimentaires


Certaines anémies sont des maladies impossibles à éviter ; par contre il est possible d’éviter les carences en particulier dans des conditions physiologiques ou pathologiques favorisantes.

De nombreux aliments contiennent du fer mais pas toujours en quantité suffisante comme par exemple dans les épinards ou d’autres légumes qui sont essentiellement composés d’eau et dont il faudrait manger des grandes quantités pour assurer l’apport des rations martiales quotidiennes minimales. Le fer est aussi présent dans les légumes secs (pois chiches, lentilles, soja, …) et dans la viande, le foie, les œufs, les céréales, …

Par ailleurs, les personnes souffrant de maladies gastriques ou les personnes gastrectomisées (à qui on a enlevé l’estomac) doivent être suivies, il peut être indispensable de prescrire de la vitamine B12.

Pendant la grossesse, manger du fer


Au cours de certaines périodes de la vie, il est normal d’être un peu anémié en particulier pendant la grossesse où les carences en fer et en vitamine B9 sont fréquentes ; il est judicieux d’éviter cet état, de manger correctement de tout, il peut être nécessaire de compléter son alimentation avec des médicament à base de fer et d’acide folique si une anémie est diagnostiquée.


A retenir

L’anémie est une diminution des globules rouges ou de l’hémoglobine ou de l’hématocrite, en tous cas, il y a une diminution du transport de l’oxygène dans le sang et un mauvais fonctionnement de beaucoup d’organes.

Certaines anémies sont des maladies aiguës où tout rentre dans l’ordre dès que la cause est connue et traitée. D’autres anémies sont des maladies complexes, souvent difficiles à soigner, parfois incurables.

Les anémies par carence sont souvent évitables en particulier l’anémie de la grossesse que l’on peut prévenir grâce une alimentation variée et équilibrée et l’éventuel apport complémentaire de fer et d’acide folique.

 
Publicité





 MessagePosté le: Jeu 23 Aoû - 19:48 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
 
ALGEROISE
Admin.

Admin.

Hors ligne

Messages: 1 467
Localisation: Alger
Féminin
Pays: Algérie
Humeur: Cool
Point(s): 14 185
Moyenne de points: 9,67
 MessagePosté le: Jeu 23 Aoû - 20:22 (2007)    Sujet du message: Les Maladies Répondre en citant

Arrow L'angine de poitrine :

L’angine de poitrine ou angor est une douleur qui signale une souffrance du cœur, il manque d’oxygène. Le plus souvent c’est dû au fait que les artères coronaires, qui alimentent le cœur, se « bouchent » partiellement à cause d’une plaque d’athérome.

L’angor correspond généralement à une première alerte cardiaque. C’est une maladie sérieuse qu’il faut explorer et qui nécessite souvent un traitement médical au long cours et le respect de certaines règles d’hygiène de vie.

Une douleur dans la poitrine

L’angine de poitrine est une douleur qui survient pendant un effort ou lors d’une émotion forte. La douleur se situe au centre et derrière la poitrine et peut irradier dans le dos, les mâchoires et le bras gauche. Une fois au repos, elle disparaît au bout de quelques minutes. On appelle cette affection l’angor d’effort.
Que se passe-t-il au niveau du cœur ? Le cœur, comme tous les muscles, a besoin de se nourrir et de recevoir de l’oxygène. Ce sont les artères coronaires, situées tout autour du cœur, qui lui fournissent ces nutriments. Parfois celles-ci s’encrassent et commencent à se boucher, à cause de dépôts de graisse qu’on appelle plaques d’athérome. Au repos les coronaires alimentent suffisamment le cœur. Mais au cours d’un effort ses besoins sont plus importants et les coronaires, bouchées, ne peuvent plus lui fournir assez d’oxygène. Le cœur souffre alors et nous alerte : la douleur dans la poitrine apparaît.

Il existe une autre sorte d’angine de poitrine qui n’est pas due à la plaque d’athérome. C’est cette fois un spasme de l’artère coronaire qui se bouche d’un coup. C’est souvent le stress qui est en cause dans cet angor.

La plaque d’athérome

La plaque d’athérome est un dépôt de graisses, elles se déposent petit à petit au niveau de la paroi des artères qui finissent par s’obstruer. Les mécanismes de formation de cette plaque sont très complexes mais les facteurs qui favorisent son apparition sont bien connus. Le cholestérol, le tabac, l’obésité et la sédentarité sont les principaux coupables mais il faut rajouter à cette liste l’alcool, le diabète et l’hypertension. Bien sûr plus on cumule ces facteurs plus les risques de développer un problème sont grands.

On sait également que l’angor est une maladie affectant plus les hommes que les femmes et dont la fréquence augmente avec l’âge.

Le test de la bicyclette

Si vous avez ressenti une douleur ou une gêne dans la poitrine pendant un effort ou si vous souhaitez reprendre une activité sportive, il faut aller consulter un cardiologue. Ce dernier vous fera, s’il le juge utile, passer une épreuve d’effort pour évaluer l’état de votre cœur. Branché à des électrodes qui enregistrent votre rythme cardiaque vous devrez pédaler. Cet examen permettra au cardiologue de déterminer si votre cœur est en bon état.

En cas de doute, d’autres examens peuvent vous être prescrits comme une surveillance de votre électrocardiogramme sur 24 heures. Il est également possible de pratiquer une coronarographie qui permet de visualiser les artères coronaires de l’intérieur. Le médecin peut se rendre compte de la présence de plaque d’athérome et éventuellement pratiquer une dilatation de l’artère.

Se remettre au sport

Le traitement de l’angine de poitrine peut être médicamenteux ou chirurgical. Dans tous les cas, la participation du patient est essentielle. En effet l’angor est une maladie chronique qui peut s’aggraver jusqu’à provoquer l’infarctus du myocarde. Il faut donc s’appliquer à réduire les facteurs de risques : manger sainement, arrêter le tabac et limiter la consommation d’alcool. La pratique d’un sport d’endurance (vélo, marche à pied, natation) sous surveillance médicale, est aussi vivement conseillée.

En dehors d’une meilleure hygiène de vie, le traitement de l’angine de poitrine nécessite souvent la prise de médicaments qui ont pour but d’empêcher la formation d’un caillot dans les artères (antithrombotiques) et de faciliter l’apport d’oxygène au cœur (anti-ischémique). Les personnes qui souffrent d’angor doivent aussi avoir sur elles, en permanence, un traitement d’urgence en cas de crises. C’est le fameux spray de trinitrine qui agit presque instantanément.

 
ALGEROISE
Admin.

Admin.

Hors ligne

Messages: 1 467
Localisation: Alger
Féminin
Pays: Algérie
Humeur: Cool
Point(s): 14 185
Moyenne de points: 9,67
 MessagePosté le: Ven 24 Aoû - 14:16 (2007)    Sujet du message: Les Maladies Répondre en citant

Arrow La goutte :


A l'origine de la goutte, une hyperuricémie

La goutte est une maladie métabolique. Elle est due à la présence d’une trop grande quantité d’acide urique dans le sang donnant une hyperuricémie, c'est-à-dire une augmentation anormale de la concentration d’acide urique dans le sang.

Les causes d’excès d’acide urique dans le sang sont variées :

> Certaines maladies (insuffisance rénale, hémopathies… ), des médicaments (diurétiques, cytotoxiques…), des situations particulières (jeûne, effort musculaire…), provoquent une diminution de l’élimination de l’acide urique ou une synthèse accrue.

> Ailleurs c’est un défaut enzymatique qui est responsable de l’excès d’acide urique dans le sang : l’acide urique n’est pas assez métabolisé et s’accumule.

> Des excès alimentaires, d’alcool peuvent favoriser l’apparition de crises de goutte par excès d’apport.

Des cas familiaux sont enfin possibles.

Le dépôt de cristaux d’urate de sodium dans les articulations

Suite à cette hyperuricémie, des cristaux d’urate de sodium se déposent dans les articulations et provoquent des crises de gouttes. Ils se déposent aussi dans les reins, forment des calculs dans les voies urinaires et provoquent des coliques néphrétiques.

Les articulations les plus touchées sont l’articulation du gros orteil, mais d’autres articulations peuvent être touchées : au niveau du pied, du genou aussi. Les articulations des mains et des doigts sont parfois atteintes ainsi que les poignets et les coudes.


Une crise de goutte classique au gros orteil

L’accès goutteux du gros orteil est la forme clinique la plus fréquente.

Une crise de goutte entraîne typiquement une impotence fonctionnelle totale avec une douleur très vive, empêchant le malade de dormir. Le gros orteil est rouge, chaud, gonflé. C’est une douleur nocturne inflammatoire. Elle dure plusieurs jours sans traitement.

Dans le sang, on retrouve une hyperuricémie, c'est-à-dire une augmentation anormale de la concentration d’acide urique dans le sang.


L’évolution de la goutte

La succession des crises de gouttes dans les différentes articulations donnent des arthropathies uratiques : c’est une atteinte chronique des articulations.

Les dépôts d’urates dans les articulations entraînent des douleurs mécaniques différentes de celles des crises de goutte elles-mêmes ; elles apparaissent aux mouvements et sont calmées par le repos.

Les urates se déposent aussi dans les tissus qui entourent les articulations ce sont des tophus, ils forment des nouures jaunâtres assez caractéristiques autour des articulations des doigts des mains par exemple ou aux gros orteils, aux pieds, tendons d'Achille, coudes, au niveau des oreilles aussi…

L’atteinte rénale est plus grave que celle des articulations ; ele fait toute la gravité de l’hyperuricémie. Les cristaux d’urates peuvent former des calculs dans les voies urinaires ou ils se déposent dans le tissu rénal ; la fonction rénale s’altère peu à peu et cela conduit à l’insuffisance
rénale.

Pour éviter cette évolution irréversible, l’hyperuricémie doit être endiguée.

Le traitement de la goutte

Il repose sur le traitement de la crise et le traitement de fond.

> Le traitement de la crise de goutte aiguë
La découverte de la colchicine a révolutionné la maladie, et permet d'endiquer la crise cède en 48 heures. Elle provoque par contre des diarrhées ; aussi elle est parfois prescrite avec des antidiarrhéiques. En outre, la colchicine étant un poison violent, il ne faut pas dépasser les doses prescrites. Chez l’insuffisant rénal les doses sont moindres.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens associés ou non à la colchicine peuvent aussi être prescrits mais à doses élevées parfois mal supportées.

> Le traitement de fond : régime et médicaments hypo-uricémiants
Le régime alimentaire fait baisser l’acide urique sanguin, mais cela ne suffit pas. Il consiste à éviter la consommation d'abats, viandes, volailles, à diminuer les aliments gras (charcuteries, fritures) supprimer l’alcool et limiter les produits sucrés.

Il est souvent prescrit de l’eau de Vichy pour diminuer l’acidité des urines et éviter la formation de calculs uriques. Attention ! L’insuffisance cardiaque contre indique cette eau.

Les médicaments hypo-uricémiants entraînent une diminution de l’hyperuricémie et donc des dépôts d’urates dans les articulations et dans les reins, ils diminuent le risque de colique néphrétique. Ce traitement doit être poursuivi à vie, tant qu’il est toléré.

A retenir

La goutte est la manifestation articulaire d’une maladie métabolique qui entraîne un dépôt de cristaux d’urates dans des articulations et les reins. L’atteinte rénale est irréversible et fait toute la gravité de la maladie. Heureusement les crises de gouttes sont bien circonscrites par la colchicine et l’évolution est moins sévère aujourd’hui grâce aux traitements hypo-uricémiants prescrits tôt dans le développement de la maladie.

Docteur MC Bonduelle 


 
ALGEROISE
Admin.

Admin.

Hors ligne

Messages: 1 467
Localisation: Alger
Féminin
Pays: Algérie
Humeur: Cool
Point(s): 14 185
Moyenne de points: 9,67
 MessagePosté le: Jeu 20 Sep - 10:12 (2007)    Sujet du message: Les Maladies Répondre en citant

Arrow    Hypertension Artérielle (HTA) :


La tension artérielle est la pression du sang qui circule dans les artères.

Une personne qui a une pression trop élevée fait de l’hypertension.

Le médecin prend la
tension artérielle avec un tensiomètre. 
 
L’HTA est une affection fréquente

Beaucoup de gens sont hypertendus, certains le savent et sont trop souvent mal suivis, mal traités, d’autres ne le savent pas et ne sont donc pas traités du tout.

Il est important de connaître sa
tension artérielle ; aussi, à l’occasion de presque toutes les consultations médicales, la tension est prise, a fortiori quand les patients sont en bonne santé et que les visites chez le médecin sont limitées.  
 
Une tension normale

La valeur de la pression artérielle est due à plusieurs facteurs : la pompe cardiaque (le ventricule gauche du coeur) qui envoie le sang dans les artères de la grande circulation, plus ou moins fort ; la paroi des artères qui est plus ou moins élastique ; le volume sanguin.

Quand le médecin prend la tension d’un patient, il donne 2 chiffres, ils sont tous les deux importants

Le chiffre le plus élevé correspond à la pression systolique artérielle, celle qui est créée par l’envoi du
sang par le cœur (la systole), il ne doit pas dépasser 14 ; le chiffre le plus petit correspond à la pression diastolique, la pression qui règne dans les artères quand le cœur est dans sa phase de relâchement (la diastole), ce chiffre doit être inférieur à 9.

Quand tout est normal la
tension artérielle chez l’adulte est donc inférieure à 14/9.



Il arrive, dans des conditions physiologiques que les chiffres soient légèrement supérieurs : lors d’un
stress en particulier au moment de la prise de la tension, c’est l’effet blouse blanche, mais aussi après un effort physique… la tension artérielle doit être prise au repos.
 

Quand un patient est-il hypertendu ?
 
 
Une hypertension est souvent peu symptomatique, des maux de tête, des mouches volantes…

Elle est fréquemment découverte fortuitement à l’occasion d’une consultation médicale et de la prise systématique de la
tension artérielle par le médecin.

Pour affirmer une hypertension, il faut que les 2 chiffres de la tension soient supérieurs à la normale lors de 3 mesures non successives et donc à des moments différents.
 
L’HTA essentielle

Très souvent aucune cause qui pourrait être responsable de l’HTA est retrouvée, on parle d’HTA essentielle. Il n’est pas rare qu’elle soit présente chez d’autres personnes dans la famille.

Il faudra faire en sorte de prendre tous ces patients en charge et de les traiter pour que leur
tension artérielle redeviennent normale, c'est-à-dire en dessous de 14/9.



L’
HTA est souvent associée à d’autres pathologies cardio-vasculaires.

L’
athérosclérose avec ses dépôts de plaques d’athérome sur les parois des artères les rendent rigides, elles ne se dilatent pas bien et la pression dans les vaisseaux augmente.

Les personnes âgées ont l’âge de leurs
artères, ces vaisseaux vieillissent et sont moins souples ; il se peut que les chiffres tensionnels soient alors plus élevés que la normale.

Une mauvaise hygiène de vie : une vie sédentaire, une alimentation trop riche, un
surpoids voire une obésité, un diabète gras, le tabagisme associées à l’HTA contribuent aux maladies cardio-vasculaires et à leur cortège de complications.

Le
stress contre lequel il est dans une certaine limite possible de lutter est aussi un facteur de risque d’hypertension.
 
L’HTA secondaire

Devant la découverte d’une hypertension il faut toujours rechercher une étiologie, une maladie particulière qui pourrait être traitée et du coup éliminerait l’hypertension :

Certains médicaments comme les corticoïdes ou la
pilule par exemple, peuvent donner une hypertension.

Le
tabac et la pilule font très mauvais ménage, l’association des 2 est un facteur de risque majeur de troubles cardio-vasculaires à plus ou moins long terme.

La réglisse est aussi responsable d’hypertension.
 

 
L’hypertension gravidique


Une grossesse peut provoquer une hypertension la tension est surveillée au cours de la grossesse, en effet la tension doit rester normale voire en dessous des chiffres classiques autrement l’accouchement pourra être compliqué.

Des maladies donnant une HTA

Une maladie rénale ou bien une sténose des artères rénales donnent une HTA.

Une pathologie surrénalienne (la surrénale est une glande qui est située au dessus du rein et qui sécrète plusieurs
hormones : le cortisol, l’aldostérone, l’adrénaline toutes 3 faisant varier la tension artérielle) : un adénome de Conn, un syndrome de cushing, un phéochromocytome.

D’autres maladies hormonales telle qu’une
hyperthyroïdie, un diabète insulino-dépendant, peuvent être responsable d’une hypertension.



La coarctation de l’
aorte est un rétrécissement de l’aorte, elle donne une hypertension au niveau de la partie supérieure du corps mais les pouls des membres inférieurs sont abolis, le sang passe mal au niveau du rétrécissement. On palpe toujours les pouls fémoraux chez les nouveaux-nés pour rechercher cette malformation. 

Les complications de l’HTA

L’HTA peut se compliquer et c’est ce qui fait toute sa gravité.

Quand la tension est trop élevée, les parois des
artères sont trop sollicitées, elles se fragilisent, forment des anévrysmes (comme une hernie dans une chambre à air) et se rompent : c’est l’hémorragie interne.

Cela peut arriver n’importe où dans le corps, la rupture d’un anévrysme peut être fatale selon l’importance de l’
hémorragie et le siège : les hémorragies cérébrales peuvent être gravissimes parce que le cerveau est enfermé dans une boîte inextensible et les tissus nerveux seront comprimés par l’hématome qui se créera. L’aorte est aussi très sollicitée, elle peut aussi être le siège d’anévrysmes qui peuvent se rompre à tout moment ; l’évolution risque d’être rapidement fatale.

Quand la tension est trop élevée, le ventricule gauche du cœur doit lutter en permanence contre cette tension ; à la fin, il se
fatigue et sa fonction devient insuffisante : c’est l’insuffisance cardiaque gauche, cette insuffisance cardiaque gauche retentit en amont sur les poumons : c’est l’œdème pulmonaire ; si la tension ne baisse pas, le cœur droit sera à son tour atteint : c’est l’insuffisance cardiaque globale.

Les vaisseaux des
reins, des membres, des yeux, les vaisseaux coronaires (vaisseaux nourriciers du cœur) sont aussi molestés par l’hypertension et sont à terme fragilisés.

Le dépistage des hypertendus

Il est impératif d’avoir une tension normale inférieure à 14/9.

Il faut dépister les hypertendus.

Il faut les traiter et bien.

La prévention de l’HTA à vie
 
 
Une hygiène de vie normale : lutter contre le surpoids et l’obésité, pas de repas trop riches, un peu de sport régulièrement, pas trop d’alcool permettraient de diminuer le nombre d’hypertendus.
 

La prise en charge des hypertendus
 
Une alimentation saine, une hygiène de vie correcte, la lutte contre le surpoids et l’obésité, l’équilibrage d’un diabète, … peuvent permettre à des hypertendus de retrouver une tension en dessous de 14/9.

Le
régime sans sel n’est pas toujours efficace. La tension peut baisser un peu chez certains mais pas chez d’autres.

En France, on mange trop salé, les plats industriels et même le pain sont trop salés.

Mais entre le tout sans sel et le tout trop salé, il y a un juste milieu qu’il serait bon de respecter.

Les médicaments anti-hypertenseurs  

 
Si l’alimentation et l’établissement d’une hygiène de vie correcte ne font pas baisser la tension en dessous de 14/9, il est nécessaire de recourir à des médicaments anti-hypertenseurs :

béta-bloquants, diurétiques, inhibiteurs de l’enzyme de conversion, antagoniste des récepteurs de l’angiotensine II, … la prescription de ces médicaments sera fonction du profil du patient, des pathologies éventuelles associées à son
HTA, …

A retenir  

 
L’hypertension est une augmentation de la tension artérielle au dessus de 14/9. Nombreux sont ceux qui sont hypertendus, peu d’entre eux le savent ou sont souvent insuffisamment traités.

L’hypertension est le plus souvent essentielle.

Les complications sont trop graves pour laisser faire.

Il faut avoir une alimentation et une hygiène de vie correcte, une activité physique régulière, pas de
tabac, pas trop d’alcool, ce, tout au long de la vie.

Si cela ne suffit pas, la prescription d’anti-hypertenseurs sera proposée et la tension sera surveillée très régulièrement.
 
 
 

 


 
ALGEROISE
Admin.

Admin.

Hors ligne

Messages: 1 467
Localisation: Alger
Féminin
Pays: Algérie
Humeur: Cool
Point(s): 14 185
Moyenne de points: 9,67
 MessagePosté le: Ven 21 Sep - 12:09 (2007)    Sujet du message: Les Maladies Répondre en citant

Arrow Les Jambes Lourdes 
 
 
Trop souvent négligée, la maladie des « jambes lourdes » toucherait plus de quinze millions de personnes en France. Si la grande majorité des malades sont des femmes, les hommes aussi peuvent s’en plaindre.  
 
 
 
Le rôle de veines
 

Les veines assurent le retour du sang « usé » des organes vers le cœur. A l’inverse de la circulation artérielle où le sang oxygéné est propulsé par la pompe cardiaque jusqu’aux organes, le retour veineux est un phénomène passif. Au niveau des jambes trois mécanismes interviennent pour faciliter la remontée du sang : le mouvement des muscles du mollet, l’appui sur le talon pendant la marche et de petites valves, appelées valvules, à l’intérieur des veines qui empêchent le sang de redescendre. Parfois ces trois systèmes sont insuffisants et une partie du sang stagne dans les membres inférieurs provoquant le syndrome des jambes lourdes. Médicalement ce phénomène fait partie d’une pathologie plus large qu’on appelle l’insuffisance veineuse qui peut également se manifester par des varices 

Une sensation de pesanteur
 
 

Les désagréments liés aux jambes lourdes apparaissent le soir. Les personnes en souffrant se plaignent d’une impression de lourdeur au niveau des membres inférieurs. Elle peut s’accompagner de fourmillements. Comme le sang stagne dans le bas des jambes, une partie de celui-ci diffuse dans le mollet et forme un œdème qu’on peut repérer à la marque de la chaussette qui reste sur la cheville. Les sensations peuvent être très diverses en fonction des patients.
 
Manque de veine
 
 

Malheureusement on ne choisit pas ces veines, on naît avec celles que nos parents nous lèguent. S’ils souffraient d’insuffisance veineuse, il y a de fortes chances d’en hériter. Mais il existe un tas d’autres facteurs favorisant l’apparition des jambes lourdes. A commencer par notre mode de vie sédentaire, le surpoids, la station assise ou debout prolongée. La taille est aussi un facteur de risque, plus on est grand plus on a de risques de développer une insuffisance veineuse.
 
 
Un examen de référence
 
 

Devant ce problème il ne faut pas hésiter à aller consulter un médecin, le spécialiste des veines est l’angiologue, une remarque surtout valable pour les hommes qui trop souvent hésitent à consulter pour un problème qu’ils jugent mineur. En dehors de l’interrogatoire qui recherche les facteurs de risques, l’examen couramment pratiqué est l’écho doppler veineux qui permet au médecin de visualiser le flux sanguin et de détecter toute anomalie.

Le traitement

 

> Les règles hygiéno-diététiques
Il suffit quelquefois de modifier, un peu, son mode de vie pour réduire le phénomène des
jambes lourdes. Il faut en premier éviter tout ce qui peut faire obstacle au retour veineux : la position allongée ou assise prolongée, les vêtements trop serrés (chaussettes, bottes, pantalons), la chaleur qui dilate les vaisseaux, évitez ainsi les bains chauds, le chauffage au sol ou l’épilation à la cire. En cas de surpoids mieux vaut perdre les quelques kilos superflus. Au niveau alimentaire, il est déconseillé d’abuser du café et des épices.

Pour faciliter la circulation veineuse il faut pratiquer la marche ou le vélo, la nuit on peut dormir avec les pieds du lit surélevés. Si cela ne suffit pas le port de bas ou de chaussettes de
contention peut être recommandé. De même, en cas de pieds plats le port de semelles orthopédiques peut être utile.

> Les traitements
 

De nombreux médicaments, appelés veinotoniques, sont disponibles. Ils favorisent le tonus veineux et protègent la paroi des vaisseaux. Ces traitements sont vendus en pharmacie la plupart du temps sans ordonnance. Néanmoins, il vaut mieux suivre les conseils du médecin qui indiquera le médicament le mieux adapté. Il s’agit de toute façon d’un traitement au long cours qui se prend sous forme de cure.
 
 
Joël IGNASSE 


 
Contenu Sponsorisé





 MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:50 (2016)    Sujet du message: Les Maladies

 
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    SALON DU MAGHREB Index du Forum -> Santé
Page 1 sur 1

 
Votez pour ce site Top Maroc

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation


Contact ADC - Ատրիան
Cobalt 2.0 phpBB base template by Jakob Persson.
Copyright © 2002-2004 Jakob Persson


Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com