SALON DU MAGHREB - Le cas arabe
SALON DU MAGHREB

Se connecter pour vérifier ses messages privés






Merci de Votez pour ce site


 Coucou Invité 
Bienvenue sur le forum 
 
 


Le cas arabe

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    SALON DU MAGHREB Index du Forum -> Le Salon Principal -> Salon de Discussion

Sujet précédent :: Sujet suivant  
geniedelalampe
Membre

Membre

Hors ligne

Messages: 3
Point(s): 40
Moyenne de points: 13,33
 MessagePosté le: Sam 15 Aoû - 21:30 (2009)    Sujet du message: Le cas arabe Répondre en citant

Bonjour chers lecteurs,

Voici un rapport psychosociologique d’une population qui fait maintenant partie intégrante du paysage français. Elle fait partie de la minorité dite « visible ». Ce sera le cas maghrébin que nous allons traiter. Après des années d’observations et d’analyses cette branche de la population française, voici mes conclusions.

L’homme, la femme arabe, ainsi que leur progénitures seront traités dans plusieurs cas de figures et de situations tirés de situations relatés dans les médias et de mon expérience en milieu scolaire, professionnels….

Il faudra prendre ce qui suit comme étant des généralités, l’exception confirmant la règle globale.


L’arabe et l’éducation

Si l’on ne peux s’immiscer dans la sphère privé de l’éducation, nous allons partir du principe qu’il n’y a pas de « fumée sans feu ».
Une question essentielle doit-être posé : les parents arabes savent-ils éduquer leur chérubins?
Il est forcé de constater qu’il y a de grosses failles dans ce domaine.

J’ai remarqué que le germe de la déviance commençait avec un plaisir sadique à tester les limites des normes et règles de la société française, ce que l’on défini plus communément sous le terme « d’incivilités ». Cela commence dès le plus jeune age, les petits arabes (4-13 ans) sont généralement bien connu des instituteurs pour leurs comportements rebelles. Nous allons voir comment ces mauvaises habitudes de ces cas sociaux en herbe auront une influence sur leur future vie d’adolescent immature .

Comment expliquer cela ?

Les enfants arabes sont délaissés par leurs parents (le film Rai le montre) , dans une misère affective, livrés à eux même, il n’y a pas de valeurs morales transmises, en clair ils sont perdus et à la dérive.

Quelle en est le résultat ? Langage ordurier, harcèlement moral, vol, agression, business en tout genre…


L’arabe et sa femme

« Si tu ne sais pas pourquoi tu frappes ta femme, elle le sait » Proverbe arabe

L’image populaire prête à l’homme arabe un machisme sauvage par opposions au machisme de l’homme occidental qui se veut raffiné. Il faut savoir que les femmes musulmanes sont les souffres douleurs de leur mari. Le châtiment corporel autorisé par l’Islam, les femmes musulmanes sont déconsidérés et souvent battues, je parlerai de victimes silencieuses car elles tolèrent ces violences de peur d’être à la rue (elles n’ont pas le droit de travailler) et n’osent pas en parler, ni aux associations, ni à la police, ceci à cause de la pression de la famille et de la communauté. La soumission doit y être absolue, y compris sexuelle.

Si l’on serait tenter de voir en cette situation le mauvais mari et la l’innocente femme, disons que la plupart de ces femmes arabes sont « grises ». Indépendantes ou non, elles appliquent notamment ce qu’elles ont appris de leur famille et de leur époux et n’ont jamais remis en cause certaines attitudes que l’on peut appeler le « vice de la femme arabe»

Comment cela se traduit-il ? Les commérages, les diffamations, les moqueries, les insultes…

Pour les jeunes couples la soumission de la femme est tel que lorsque le copain rigole, elle rigole aussi et lorsqu’il arrête, elle arrête. Cet effet mimétique se retrouve aussi dans le vol : deux employés aux traits maghrébines ont été filmés en train de voler leur patron, dans une affaires de « Sans Aucun Doute ».

Parlons maintenant du problème qu’a le beur de se valoriser. En effet, ne pouvant pour l’instant ni se vanter de son habilité manuel et ni de ses qualités intellectuels, il a une technique qu’emploient beaucoup de beurs qui consiste à tirer autrui vers le bas. En clair, dévaloriser les autres pour se valoriser soi même.

Les premières victimes de cette méthode sont avant tous leur femmes, le mari la rabaisse en la maltraitant comme du bétail. Tous le monde à entendu parler du cas de cette présentatrice télé d’Arabie Saoudite, dont le mari a tenté d’étrangler à mort, jaloux de sa réussite. Et ce marocain en Allemagne qui a gagné un procès que sa femme lui a intenter pour cause de mauvais traitements physiques. Le juge a donné raison au mari en se référant au Coran qui encourage cette pratique. Récemment, un égyptien a tué sa femme au couteau, car elle était sorti sans sa permission… Ces cas sont la surface émergé de l’iceberg, et nous savons que plus de 90% des victimes sont silencieuses.

L’arabe et son travail

« C’est du travail d’arabe » expression populaire. Il y a aussi le film.

Nous pouvons entre autre ajouter sa faible rentabilité (lenteur,…) et son indiscipline (retards,…), ainsi que sa tendance à la contestation (se critique les décisions,…) qu’il a hérité de l’enfance. J’ai dénoté également qu’il n’avait aucun sens de l’autocritique.

Comment expliquer ce constat, notamment dans le domaine du BTP ?

En fait, j’ai moi même dû mal à expliquer les raisons de cette médiocrité. Je m’avancerai vers un facteur historico-culturel, les arabes ayant été pendant des générations des familles esclavagistes, notamment avec les populations sub-saharienne. Ce système économique vieux de plusieurs siècles qui n’autorise à prendre en esclavage que des non musulmans à développé chez l’arabo-musulman, une espèce de paresse, de feignantise propre aux inactifs. Le travail manuel étant délaissé aux esclaves, les maîtres arabes n’ont pas développés d’habilités manuels, leur statut de maître leur empêche toute remise en question et cela se reproduit de génération en génération jusqu'à aujourd’hui ce qui explique sa gaucherie légendaire, lorsqu’il doit lui même mettre la main à la patte. D’autant plus que dans un monde qui à changé, sa mentalité arriéré qui entretient un rapport fantasmagorique de sa condition perdue de propriétaire d’esclaves, ne l’aide pas à apprécier le travail manuel à sa juste valeur et, il continue secrètement à aspirer aux douces illusions des fonctions bureaucratiques.

La nostalgie d’une époque révolue ou le statut était hérité (et en plus les arabes connaissent mal leur histoire, ça me fait toujours sourire lorsqu’ils se ventent avoir inventé les chiffres) il n’a pas compris qu’aujourd’hui qu’il fallait le mériter.

Ce conflit entre la volonté d’accéder à un niveau social et son incompétence est forcément incompatible, et nous allons voir quels sont ses stratagèmes pour accéder aux postes qu’il convoite.

Il joue notamment sur la concurrence victimaire en essayant de s’aligner sur le voisin noir, ou encore par la discrimination positive et (qui pour moi est une véritable insulte au bénéficiant), et les procès d’intentions racistes lorsqu’un employeur licencie un arabe (il y a une amnésie récurrente ce dernier, il « oublie » que le patron dit raciste qui l’a licencié, l’a d’abord embauché). Et je n’approfondi pas la baisse du niveau des concours de la fonction publique demandé par ces populations. (Rapport Obin)

De plus l’arabe est complexé vis-à-vis du noir qui n’a pas cette image de mauvais travailleur, celui-ci est encore considéré comme un inférieur, il est encore appelé « esclave » en Afrique du Nord.


La légende de l’arabo-voleur ou voleuse

S’ils ne semblent pas avoir de complexes vis à vis du vol (ils s’en vantent même) , je constate que cette pratique touche même les filles arabes (j’en ai attrapé une en flagrant délit et on m’en a raconté quelques anecdotes, sans compter les histoires que j’ai vu à la télé).

En effet, comment peuvent-elles être épargnés par cette déviance? L’absence de barrières morales dû à la non d’éducation et la banalisation, voir l’éloge des vols réussi par le sexe fort (frères, amis des frères,…), entraîne les filles à ces pratiques illégales qu’elles trouvent normal et nécessaire répondant à un besoin de socialisation que les parents n’ont pas apporté.

Les vols féminin portent autant sur des objets banneaux qui n’ont pas de réel valeur marchande (bluble gum, rouge à lèvre, stylo..), comportements à la limite de la kleptomanie.

J’aimerai que l’on approfondisse les causes de l’image de voleurs invétérés qui colle à cette population. Nous pouvons dire que c’est une spécificité atavique chez eux. En effet, depuis des générations séculaires pourquoi les sages dirigeants arabes vont jusqu'à prendre des mesures drastiques à l’encontre de leur peuple allant jusqu'à faire couper la main aux voleurs ? Parce que le vol est un fléau chez eux.

Ali Baba et les 40 voleurs ne se passe pas chez les arabes par hasard…

Si la science a découvert le gène du « criminel », celui du « sportif », celui des « yeux verts »… il n’est pas exclu d’y trouver un jour le gène du « voleur » .

Ces populations immigrant depuis ces 30 dernières années dans les pays comme la France où les lois sont largement plus souples, se retrouvent confrontés à une brusque liberté qu’ils n’ont jamais connu dans leur pays d’origine. La souplesse relative des lois et des peines, le droit des mineurs, à permis de faire ressortir de plus en plus précoce leurs frustrations refoulés les plus vils, comme le vol, la fraude ou l’escroquerie.

Les arabes que j’ai côtoyé n’ont aucun sentiment de regret à raconter leur méfaits, ils en parlent assez fièrement. Il sont dans une logique de valeurs inversées, dans une lutte d’usure avec les autorités étatiques françaises, ne ratant pas une occasion de détrousser. (voir le film Rai) .

Le proverbe dit : « qui vole un œuf, vole un bœuf »

Cela dit, ils n’osent pas basculer dans le grand banditisme, car ils n’ont pas la trempe, ni l’intelligence nécessaire.

Si l’arabe ne peut se limiter qu’a son statut de « voleurs de poules » et n’ira probablement jamais jusqu'au bœuf, si sa copine souhaite participer, elle ne pourra se contenter que de dérober l’œuf de la poule.

Cependant il est une période où l’on constate un subit changement de comportement, lorsqu’ils retournent dans leur pays d’origine pour vacances par exemple, ils n’oseraient pas voler une bicyclette laisser à l’abandon, où de regarder un policier de travers, mais quand ils reviennent en France, ils reprennent sans retenus leur mauvaises habitudes.

Comment expliquer ce comportement ?

En fait c’est simple, ce sont des populations qui sont plus sensible à la baguette qu’a la raison, il est donc plus dissuasif de leur faire miroiter la sanction physique (pratiqué officieusement dans leur pays d’origine), plutôt que de leur faire comprendre que : « voler c’est s’approprier frauduleusement ce qui n’est pas à soit ».


L’arabe et son rapport de force avec l’autre

Cette haine larvaire du noir qui imprègne l’esprit des maghrébins, s’est révélé par un crime noirophobe en Espagne, quand trois Marocains ont tué un malien et par la même occasion lui ont dérobé son argent. Les noirs ont vivement réagis et les arabes (dérogeant sous la panique à leur réputation d’anti-flic) ont suppliés la police de les protéger ! Quand tout va bien c’est : « Sale flic ! Je ne ferai jamais ton métier ! » Puis quand ça devient chaud, ils se précipitent pour se coucher derrière la police.

Je constate que derrière l’image de la « racaille », le jeune beur est en fait davantage un querelleur qu’un bagarreur, et qu’il s’enfuit lorsque « l’autre » se présente plus coriace qu’il n’en a l’air. En effet, agissant toujours par supériorité numérique vis à vis de leurs victimes, ces dernières ne sont pas choisis au hasard, de préférence des enfants, des femmes seules, des vieillards, en clair des personnes sans défenses…et aussi qui sont toujours des blancs, et dans une autre mesure les touristes asiatiques. En fait derrière de simples agressions d’apparence purement crapuleuse, se cache indubitablement un critère ethnique. La police devrai prendre en compte la dimension raciste des agressions et de se demander pourquoi ils n’agressent que les blancs. Car je n’ai encore jamais vu un arabe agresser une femme arabe ou une dame noire (les arabes les détestent et mais en ont peur) .

Et quand il faut s’attaquer à un jeune de son « age » (soi-disant d’égal à égal), il est soigneusement choisi : pas de physique sportif, le profil intello littéraire et matheux ou encore le surfeur à collier, font parties des cibles de prédilection.

Comme je vous l’ai dit le jeune arabe a une tendance depuis son plus jeune age à tester les limites d’autrui par des provocations. Quand un rapport de force soit disant d’égal à égal se profil (l’autre est bien trouvé pour ses inaptitudes au rapport de force). L’arabe se déplace toujours en bande lorsqu’il veut agir, prête à intervenir à tout moment en cas de difficulté. Cette dépendance envers la bande démontre bien un cruel manque de confiance en lui même, ce qui sera préjudiciable à son futur où il sera amener à évoluer parfois seul. C’est bien connu l’individu sans le groupe n’est rien, l’arabe sans son groupe de pair est un mouton.

Autre exemple qui montre que ce sont plus des querelleurs qu’autre chose, à Perpignan lorsque la tension montait avec la communauté Gitane, les arabes sous estimant ces derniers et, dans leur logique de provocation lorsqu’ils sont persuadés d’être supérieur (ils avaient sans doute en dans leurs esprits l’image populaire du joyeux Gitan inoffensif avec sa Guitare), s’en sont bien mordu les doigts de les avoir provoqués, car ceux qui connaissent bien les Gitans savent que ce ne sont pas des enfants de cœur. Résultat , un jeune arabe tabassé jusqu'à la mort et un autre plus vieux qui a été exécuté d’une balle en pleine tête dans la rue. Sans compter une sombre histoire qui date, mettant en cause un Algérien tué à coups de hache par un membre de la communauté du voyage.

Les arabes s’en sont facilement pris à des natures mortes (poubelles de la ville, murs, façade de commerce,…) parce qu’ils sont rassurés que ça ne répond pas.

Ce qui m’a bien fait rigoler c’est lorsqu’un maghrébin va voir la Gendarmerie (dérogeant encore une fois à sa réputation d’anti-flic) demander le désarmement des Gitans. Le gendarme lui a répondu… « ce sont des chasseurs » !

Autre affaire qui démontre que l’arabe n’a pas la carrure du grand bandit qu’il tente bêtement de devenir, c’est l’affaire bérama Farid (encore un qui a trop regardé Scarface), plus connu sous le nom de « rôtisseur ». Il a voulu sortir du lot en s’engageant dans les plates bandes du milieu phocéen qu’il croyait inerte, utilisant une violence barbare d’amateur, en recrutant des apprentis voyous dans les quartiers nord de Marseille. Résultat, le milieu lui a renvoyé l’ascenseur façon professionnel.

Bizarrement, les banlieusards des quartiers nord de Marseille qui à l’instar des autres banlieues auraient dû s’insurger suite aux décès de l’un des leur, mais n’ont pas fait parler d’eux à ce moment tragique. Je pense que là, il y a plus d’un arabe qui à été refroidie et qui a compris où devait être sa place.

Je vais terminer par l’expérience en maison d’arrêt, où j’ai pu observer qu’il y avait une population très féroce et pourtant relativement minoritaire, ce sont les Irakiens/Iraniens. Si physiquement on pourrait les confondre avec des arabes, ces immigrés du golfe persique se démarquent bien de ces derniers, car ils se différencient dans la langue, l’écrit, la culture…
D’ailleurs, ils ont fait leur réputation avec leur méthodes expéditives (attaques groupés à coup de lames de rasoirs scotché à un bic, ciseaux…) et sans prévenir bien sûr. Ils n’ont aucune limites lorsqu’ils vous ont dans le collimateur. Je me rappelle une anecdote qui révèle bien la peur qu’ils inspirent aux arabes, lorsque les Irakiens se parlent en pleine nuit d’une fenêtre à l’autre, pour une fois un arabe qui occupait la cellule dessus a osé se plaindre de vive voix du biais de sa fenêtre, mais il s’est vite tue lorsque l’Irakien lui a demandé le numéro de sa cellule et son identité. Il n’y eu aucune autre contestation les nuits suivantes.
J’ai même vu un petit arabe, qui était pourtant grosse gueule et provocateur envers les « sans histoires », démarrant au quart de tour, (plus ils sont petits, plus il braillent fort chez eux) aller calmement s’expliquer et serrer gentiment la main à un Iranien alors que ce dernier lui avait fait tomber des habits (par un système de ficelle relais que l’on appelle « yo-yo ») qu’il mettait à sécher à sa fenêtre. Ce petit arabe savait bien qu’en cas de clash, il ne pourrait pas compter sur la solidarité de ses frères du Maghreb, qui connaissent fort bien la violence meurtrière de ces clandestins du golfe persique et qui se foutent royalement de qui a raison ou tort.

Ma conclusion est que la légendaire fraternité arabe cousu avec du Lacoste ne doit ses liens qu’a de fragiles fils qui n’attendent que la première bourrasque pour se défilocher. Et que face à un adversaire dangereusement réactif (Afrique équatorienne, gens du voyage, golfe persique, Europe de l’est,…), ils se disloquent et se reforment tout à coup de bon petits lutins distribuant de généreuses poignées de mains (sans oublier de se taper la poitrine), la banane aux lèvres en disant : Ami ! Ami !…

Voilà c’est la fin, alors qu’en pensez vous amis lecteurs ?
 
Publicité





 MessagePosté le: Sam 15 Aoû - 21:30 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
 
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    SALON DU MAGHREB Index du Forum -> Salon de Discussion
Page 1 sur 1

 
Votez pour ce site Top Maroc

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation


Contact ADC - Ատրիան
Cobalt 2.0 phpBB base template by Jakob Persson.
Copyright © 2002-2004 Jakob Persson


Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com