SALON DU MAGHREB - L'hommage passionné de la Bartoli à Maria Malibran
SALON DU MAGHREB

Se connecter pour vérifier ses messages privés






Merci de Votez pour ce site


 Coucou Invité 
Bienvenue sur le forum 
 
 


L'hommage passionné de la Bartoli à Maria Malibran

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    SALON DU MAGHREB Index du Forum -> Le Salon Principal -> Salon Culturel -> Actualités Culturelles

Sujet précédent :: Sujet suivant  
ALGEROISE
Admin.

Admin.

Hors ligne

Messages: 1 467
Localisation: Alger
Féminin
Pays: Algérie
Humeur: Cool
Point(s): 14 185
Moyenne de points: 9,67
 MessagePosté le: Lun 17 Sep - 09:49 (2007)    Sujet du message: L'hommage passionné de la Bartoli à Maria Malibran Répondre en citant


L'hommage passionné de la Bartoli à Maria Malibran 

  Star hors norme dans le monde de la musique classique, devenue populaire sans concession artistique ni dérive "people", la mezzo-soprano italienne Cecilia Bartoli fait sa rentrée sur les pas de la Malibran, l'une de ses illustres devancières dans l'art du bel canto.
 
Sa maison de disques Decca (Universal) publie lundi un album intitulé "Maria", 30 ans presque jour pour jour après la mort de la Callas. La coïncidence est trompeuse car l'hommage ne concerne pas la cantatrice du XXe siècle, à laquelle Cecilia Bartoli doit d'avoir été révélée au monde lyrique il y a 20 ans, mais l'une des premières divas du XIXe, dont on fêtera en 2008 le bicentenaire de la naissance : Maria Malibran. 
 
La romaine de 41 ans a fait du chemin depuis ce jour du 16 septembre 1987 où son passage dans une émission en hommage à Callas à la télévision française lança sa carrière internationale. 
 
Elle aurait pu en rester aux rôles de Mozart et Rossini qui lui valurent tant de succès scéniques, de Vienne à New York. Mais celle qui se définit comme une "chanteuse curieuse" a préféré suivre un chemin plus aventureux, avec un coup d'essai en forme de triomphe: le "Vivaldi Album". Publié en 1999, ce florilège d'airs oubliés du "prêtre roux" se vend à plus de 500.000 exemplaires. 
 
Le phénomène Bartoli est né: un album tous les deux ans et un succès non démenti, une grande constance dans l'exigence et la qualité. A deux nouveaux portraits de compositeurs à redécouvrir (Gluck en 2001, Salieri en 2003) succède en 2005 la célébration d'une époque méconnue, la Rome des castrats dans les années 1700. 
2007 et 2008 devraient rester comme les années Malibran de la Bartoli, qui tient là sans doute son projet le plus personnel. 
 
Tout a commencé quand Christopher Raeburn, directeur artistique chez Decca, lui a offert il y a vingt ans un portrait de la diva, estimant que l'exceptionnelle tessiture de l'une était proche de celle de l'autre. 
 
Petit à petit, Cecilia Bartoli s'est mise à acquérir des dizaines d'objets se rapportant à la cantatrice, manuscrits autographes, bijoux, tableaux, lettres ou encore vases à son effigie. 
 
Un trésor que la chanteuse a décidé de faire découvrir à son public en l'exposant dans le camion "museomobile" qui l'accompagnera lors de sa tournée de concerts en décembre, de Munich (le 2) à Londres (19 et 21) en passant par le Théâtre des Champs-Elysées à Paris (14 et 16). 
 
Cecilia Bartoli sera de retour dans la capitale française, la ville où la Malibran a vu le jour, pour une "journée exceptionnelle" en son hommage à la salle Pleyel, le 24 mars 2008, jour du bicentenaire de sa naissance. 
 
Météorite vocale morte à 28 ans, la Malibran était "une femme émancipée, polyglotte, dotée d'un grand sens de l'humour, d'un caractère fascinant", explique à l'AFP Cecilia Bartoli. Une artiste complète à la vocalité très théâtrale, capable de composer un air pour Donizetti, de s'adonner au flamenco et de s'ouvrir au "jodel" tyrolien. 
 
L'album de Cecilia Bartoli, composé pour moitié d'inédits au disque, fait son miel de cet éclectisme, et revisite le bel canto du XIXe siècle avec le soutien d'instruments d'époque et un grand souci d'authenticité stylistique. 
 
Loin du concours de décibels auquel ce répertoire a parfois prêté, les airs connus nous reviennent avec une intimité et une couleur inouïes, à l'image de "Casta diva" ("Norma" de Bellini), sur lequel Callas n'avait donc pas tout dit. 
 
AFP 


 
Publicité





 MessagePosté le: Lun 17 Sep - 09:49 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
 
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    SALON DU MAGHREB Index du Forum -> Actualités Culturelles
Page 1 sur 1

 
Votez pour ce site Top Maroc

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation


Contact ADC - Ատրիան
Cobalt 2.0 phpBB base template by Jakob Persson.
Copyright © 2002-2004 Jakob Persson


Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com